THÉÂTRE

Publié le par AACCE

INFORMATION concernant uniquement les adhérents de l'AACCE

Dans le cadre de notre abonnement au Théâtre de la Ville , nous avons 10 places à l'orchestre, lettre G  (31 rue des Abbesses ) au prix de 15 euros pour

NICOMEDE de Corneille,

le samedi 12 février 2011.


Si vous êtes intéressés, prière de contacter sans délai

Monique Kreps au 06 62 11 10 96

Les places et vous seront envoyés dès votre réservation.

 

A propos de la pièce :

C'est un Corneille colonial...
Une interrogation sur la violence du pouvoir et la capacité de résistance des individus.
Au départ, il y a Rome. Ce qui frappe Brigitte Jaques-Wajeman, c’est l’ampleur du « théâtre romain » de Corneille,  description d’un processus historique et politique où Rome, présentée en gloire au début, perd ensuite de sa splendeur, jusqu’à son âme, et, au terme, finit par disparaître.

Nicomede.jpg

Toute l’action de Nicomède se déroule autour d’une immense table, telle qu’on en voit aujourd’hui dans les dîners d’apparat donnés lors de la réception de potentats étrangers. On y découvre les moments intimes et publics d’une famille royale. La mise en scène montre clairement la jouissance sans frein de l’exercice du pouvoir, et l’abjection liée à une honteuse collaboration politique. Bien qu’elle s’intitule tragédie, la pièce ressemble plus à une farce noire et, malgré les sombres événements qui en font la trame, elle frôle le tragique sans jamais y parvenir. Elle préserve quelque dignité aux déclarations passionnées des jeunes résistants, Nicomède et Laodice, sa fiancée arménienne. Le théâtre de Nicomède est, la plupart du temps, dominé par la bassesse, le mensonge et les règlements de comptes.

Publié dans aacce

Commenter cet article